Beau et sensuel, l’imprimerie selon Thierry Denis, ateliers Asdourian & Gustave Gernez

Rubrique Portraits

Graveur Imprimeur depuis 1929, les ateliers Asdourian & Gustave Gernez illustrent l’histoire de l’imprimerie et la vision certainement la plus noble de l’exercice de notre métier. Située à quelques minutes du terminus de la ligne 13 au cœur de Châtillon, l’entreprise abrite des presses uniques et des artisans sélectionnés parmi les plus doués de leur génération.


Ce parti-pris lui a permis d’être éligible au titre d’Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) et de rejoindre le cercle très fermé des Grands Ateliers de France. Thierry Denis, son président, nous invite à découvrir ce qu’il nomme l’excellence de la main.

Vous développez un atelier positionné sur les « métiers anciens » de l’imprimerie, pourriez-vous nous les présenter ?
Les ateliers Asdourian & Gustave Gernez exercent le métier de graveur imprimeur depuis près de quatre-vingt-dix ans. Les prestations de ces ateliers uniques en Ile-de-France reposent sur la composition d’une équipe d’artisans de grand talent : 27 spécialistes dans leurs différents domaines. Ces artisans maîtrisent des techniques traditionnelles tels que la gravure, la taille-douce, le timbrage, le gaufrage, la dorure à chaud, l’estampage, le thermo-relief et la typo. Ces techniques anciennes associées au développement des plus récentes telles que la PAO, et à la gestion de projets et services à forte valeur ajoutée hissent nos ateliers parmi les graveurs imprimeurs capables de répondre à toutes les demandes exigeantes et à caractère unique tout en respectant l’environnement. Nous cultivons ce savoir-faire précieux qui nous inscrit au sein du patrimoine français.

Vous êtes passionné des techniques d’impression, fermement engagé pour leur valorisation auprès des institutions, accepteriez-vous de nous dévoiler votre parcours ?
Avec plaisir ! Sachez que je n’ai pas suivi de parcours particulier pour diriger cette entreprise.
Je ne viens pas du milieu de l’imprimerie.
Tout est né d’une envie et d’une rencontre.
Durant la première partie de ma carrière, j’ai collaboré en qualité de manager au sein d’entreprises internationales (Pernod Ricard, Heineken) fortement ancrées sur la notion de marketing service. J’aime piloter des projets, mais surtout, j’apprécie d’encadrer des hommes pour valoriser leur talent et leur énergie.
La force d’un projet, c’est le travail d’équipe, l’union des compétences.
J’avais très envie de reprendre une entreprise. Je ne savais pas laquelle, ni dans quel secteur d’activités diriger ma nouvelle vie professionnelle. J’ai parlé de cette envie de me mettre à mon compte à une poignée d’amis, j’ai surtout laissé du temps au temps.
Un week-end, il y a neuf ans déjà, un ami m’a contacté pour me présenter à l’une de ses relations… Durant ce premier rendez-vous, nous avons oublié le temps, oublié les contraintes ! Nous avons immédiatement partagé une vision : une envie de non seulement partager ensemble les risques du projet de reprise, mais surtout d’en faire quelque chose d’unique et de désirable !
Nous avons très rapidement visité l’atelier de Châtillon (92), rencontré les artisans présents. L’atelier était issu de 12 structures et ateliers différents ! Il était dans un état d’organisation « optimisable » rapidement; il s’en dégageait une ambiance peu propice au travail serein en équipe.
Et pourtant, nous avons craqué, portés par notre utopie !

Comment et pourquoi avez-vous choisi de nommer l’entreprise « Les Ateliers Asdourian & Gustave Gernez » ?
Nous avons choisi de mettre en avant les noms des deux artisans les plus connus de la structure que nous rachetions. Deux noms réputés, l’un en qualité d’imprimeur et l’autre en qualité de graveur. Nous sommes toujours en contact avec ces artisans et leurs descendants.
L’étape suivante de notre projet était de valoriser auprès des institutions tels que Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) et les Grands Ateliers de France, cette histoire formidable qui a débuté en 1929. Nous sommes également entrés dans une dynamique d’entreprise responsable avec l’obtention du label Imprim’vert en 2009.
Les Ateliers Asdourian & Gustave Gernez sont un fleuron de l’histoire de l’imprimerie en Ile-de-France. Le choix de la dénomination « ateliers » confère au projet une dimension humaine, les ateliers évoquent un travail manuel de grande qualité, un travail d’équipe, ce qui nous correspond fidèlement.

Quels produits et services proposez-vous ?
Notre principale activité est le marketing relationnel. Nos compétences et nos réalisations s’adressent aux entreprises et institutions qui souhaitent associer le prestige de la papeterie gravée à leur marketing et communication haut de gamme : cartes de visite et de correspondance, lettres de correspondance et suite de lettre, invitations, plaquettes de présentation d’entreprise et de lancement de produit, dossiers de presse, couvertures de rapport, chemises, couvertures de livre, packaging…
J’ai tout appris de A à Z, entouré des artisans de notre équipe. Ces femmes et ces hommes ont un grand talent entre leurs mains. En qualité de commercial et manager, je ne fais que révéler aux clients leur attachement à ces techniques anciennes et mettre en lumière leur grande compétence.

De tels produits et services vous positionnent sur le secteur luxe et premium, n’est-ce-pas ?
En effet, nous répondons aux attentes et servons des clients prestigieux attachés à leur image de marque et à un haut niveau d’exigence quant à la qualité de leur communication édition. Nous comptons parmi nos clients la haute administration, les sociétés de conseil, les cabinets d’avocats d’affaires, des banques, des ambassades, des sociétés industrielles, des maisons de luxe (joaillerie, haute-couture, maroquinerie, vins et spiritueux), l’hôtellerie et la restauration de prestige… mais aussi des agences de création, d’événements, de relation presse et de communication.
Nous sous-traitons de nombreuses réalisations pour nos confrères imprimeurs qui ne disposent plus de ces équipements en atelier ou qui ont fait le choix des nouvelles technologies d’impression. C’est alors la rencontre entre deux univers très complémentaires : la tradition et l’innovation.

Quels sont les équipements dont dispose votre atelier ?
Nos ateliers comptent un atelier de gravure, cinq rotoplanes de taille-douce, deux presses à bras pour les estampes, deux machines de typo et typo relief, six machines de timbrage automatique et trois manuelles, cinq platines de dorure / gaufrage, deux massicots et deux postes de PAO, en outre de la logistique et du stock tampon à la disposition de nos clients.

Quel regard posez-vous sur l’avenir du secteur ?
L’imprimerie en atelier est un métier exigeant et tellement créatif !
Nous sommes très positifs sur l’évolution de notre secteur et notre positionnement.
Nous réalisons 40% du chiffre d’affaires avec les maisons de luxe parisiennes et les palaces, 20% avec des sociétés de consulting et de stratégie, 10% avec les Grandes Papeteries parisiennes et les librairies, 5% avec la haute administration, l’Assemblée Nationale, le Conseil Supérieur de la Magistrature, le Sénat et les ambassades, 15% en qualité de sous-traitant, 5% avec les agences de communications et 3 % avec des industriels.
Plus de 20% de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’international.
Pour notre grande fierté, nous avons été nommés pour recevoir un prix dans le cadre des Talents du Luxe.
Un signe fort. C’est très encourageant pour notre positionnement et notre vision.
Découvrir les travaux des jeunes talents de l’Ecole Estienne en qualité de membre du jury, par exemple, est très réjouissant, il y a une telle créativité, un renouvellement des écritures, des styles.
L’imprimerie est un métier bien vivant !

Thierry Denis, Les ateliers Asdourian & Gustave Gernez – 21 juillet 2016.
Entretien dirigé par Rachel Hardouin.